E-commerce : la France vise les 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019

 Après avoir atteint 81,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2017, l'e-commerce devrait atteindre les 93,2 milliards d'euros en 2018, en augmentation de 14%, a estimé Marc Lolivier, délégué général de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), prévoyant que la barre symbolique des 100 milliards devrait être franchie en 2019. (Graphique : Statista*)
Après avoir atteint 81,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017, « l’e-commerce devrait atteindre les 93,2 milliards d’euros en 2018 », en augmentation de 14%, a estimé Marc Lolivier, délégué général de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), prévoyant que « la barre symbolique des 100 milliards devrait être franchie en 2019 ». (Graphique : Statista*) (Crédits : Statista)
La France, au 3e rang européen des ventes en ligne, compte 37 millions de cyber-acheteurs qui ont dépensé chacun en moyenne près de 2.200 euros. Le secteur a profité du bond de 38% du « m-commerce » (les achats via un smartphone ou une tablette). L’habillement demeure le produit le plus acheté en ligne. L’effet Black Friday confirme son rôle d’accélérateur avec un bond de 69%. Le nombre de sites marchands a augmenté de 10% même si l’offre est très concentrée (87% du CA réalisé par 5% des sites). Pour autant, la part du e-commerce dans le total du commerce de détail reste encore faible, à 9% avec une modeste progression de 1 point sur un an.

En 2017, les Français ont dépensé en ligne 81,7 milliards d’euros, en croissance de 14,3%, grâce à une clientèle élargie, l’augmentation de la fréquence d’achat et les nouveaux comportements d’achats sur mobile, a annoncé mardi la Fédération du secteur.

Portées par plus de 37 millions de cyber-acheteurs, selon un sondage Médiamétrie pour la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les ventes en ligne ont affiché une « croissance légèrement supérieure aux attentes », a précisé son délégué général, Marc Lolivier, lors d’une conférence de presse.

L’habillement demeure le produit le plus acheté en ligne, devant les produits culturels, tandis que le trio des sites marchands les plus visités reste formé par Amazon, CDiscount (groupe Casino) et Fnac Darty.

Ventes au détail : la part de l’e-commerce, modeste, progresse

La part du « e-commerce » dans la totalité du commerce de détail est cependant encore faible, à environ 9% (un point de plus qu’en 2016). Il conserve sa troisième place en Europe derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne.

« En 2017, 1,2 milliard de transactions en ligne ont été réalisées (+20,5%), l’équivalent d’une quarantaine par seconde, ce qui constitue un nouveau record », a ajouté M. Lolivier.

La secrétaire d’Etat à l’Economie, Delphine Gény-Stéphann, renchérit :

« Pour la plupart des Français, acheter en ligne est devenue une utilisation du quotidien. »

La géographie des villes modifiée par le changement des modes d’achat

Evoquant les rapprochements entre Alibaba/Auchan, Rakuten/Wal-Mart, Amazon/Whole Foods, François Momboisse, président de la Fevad, a rappelé l’ampleur du phénomène de consolidation en 2017 :

« L’année 2017 a vu des mouvements de concentration sans précédents entre géants du numérique et réseaux de magasins physiques. »

Le président de la Fevad, ajoutait :

Partout dans le monde, « on assiste à une mutation profonde et durable de la façon dont les gens font leurs courses, ce qui aura des répercussions sur la géographie des villes d’ici à 10 ans », notamment en ce qui concerne les points de livraison, les entrepôts, etc.

L’énorme coup d’accélérateur du Black Friday

Au 4e trimestre, malgré le fléchissement de la consommation des ménages, le marché du commerce en ligne a enregistré un record de croissance, notamment grâce aux opérations promotionnelles du mois de novembre.

Ainsi, durant la période précédant Noël (novembre et décembre), les ventes sur Internet ont progressé de 17,5%, à 16,5 milliards d’euros, précise la Fevad. Pour le seul « Black Friday », le chiffre d’affaires global a bondi de 69%.

Des dépenses moindres, mais plus fréquentes

Si le montant moyen annuel d’une transaction chute de 5% (à 65,5 euros), la fréquence d’achat augmente régulièrement (+19%): les cyber-acheteurs effectuent ainsi en moyenne 33 transactions en ligne par an, pour un montant total de près 2.200 euros. Il y a dix ans, a précisé M. Lolivier, il n’était que de 763 euros.

La création de sites marchands se poursuit (+10%): ils étaient désormais environ 170.000 fin 2017. Même si l’offre est très concentrée: 87% du chiffre d’affaires global passe par 5% des sites marchands, précise la Fevad.

La part des ventes « mobiles » (via smartphone et tablette) bondit de 38%

Par ailleurs, le « m-commerce » (les ventes sur smartphone et tablettes) continue de gagner des parts de marché. Le Fevad précise notamment :

« L’indice iCM, qui mesure les ventes sur l’internet mobile (smartphones et tablettes, sites mobiles et applications hors téléchargements d’application et hors ventes sur les places de marché) progresse de 38% en un an. »

28% des créations d’emploi dans le secteur marchand

C’est enfin un secteur dynamique en terme d’emploi: selon une enquête réalisée par le cabinet Oxatis, 49.000 postes ont été créés en 2017 et 56.000 devraient l’être en 2018, « soit 28% des créations d’emploi marchand prévues en France ».

En terme de prospective, « l’e-commerce devrait atteindre les 93,2 milliards d’euros en 2018 », en augmentation de 14%, a estimé Marc Lolivier, prévoyant que « la barre symbolique des 100 milliards devrait être franchie en 2019 ».

(*) Un graphique de notre partenaire Statista.

 (avec AFP et Reuters)

Source : latribune.fr

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOUS AVEZ UN SAVOIR-FAIRE... NOTRE MISSION : LE FAIRE SAVOIR

TPE, Artisan, commerçant, Indépendant, Auto-entrepreneur, association, profession libérale, créateur d'entreprise et PME.
Vous avez un savoir-faire... Notre mission : Le faire savoir.
Nous vous accompagnons pour tous vos projets Web.
Après une analyse nous vous suggérons des solutions de communication adaptées à votre activité et à votre Budget.

%d blogueurs aiment cette page :