réseau social

 

Facebook, Instagram, Twitter… plus le temps passé augmente sur les réseaux sociaux , plus le bien-être s’évapore à l’adolescence.

L’utilisation excessive des réseaux sociaux pendant l’enfance aurait un impact à long terme sur le bonheur en particulier à l’adolescence, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale BMC Public HealthBMC series.

Des chercheurs britanniques de l’University College London (UCL) et de l’Université de l’Essex au Royaume-Uni ont mené une étude pour comprendre l’usage et les effets à long terme des réseaux sociaux chez les adolescents.

10 000 adolescents britanniques âgés de 10 et 15 ans, issus du British Household Panel Survey (BHPS), une base de données britannique de l’université de l’Essex ont participé à la recherche.

Les chercheurs ont évalué le bien-être de cette cohorte en utilisant deux mesures: un score de bonheur construit à partir de questions sur différents aspects de leur vie, dont la famille et l’école et un questionnaire axé sur les problèmes émotionnels et comportementaux.

LES FILLES PLUS PRÉSENTES SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ET MOINS HEUREUSES

Les auteurs ont constaté que tout au long de l’adolescence, les scores de bonheur ont chuté de près de trois points de 36,9 à 33,3 chez les filles et de deux points de 36,02 à 34,55 chez les garçons. Les problèmes émotionnels ont baissé chez les garçons et augmenté chez les filles.

À l’âge de 13 ans, environ la moitié des filles interagissaient sur les réseaux sociaux pendant plus d’une heure par jour, pour un tiers des garçons. À 15 ans, filles et garçons ont augmenté cette pratique, mais les filles plus que les garçons : 59% des filles et 46% des garçons sont sur les réseaux sociaux pendant une heure ou plus par jour.

« Le bien-être semble décliner tout au long de l’adolescence tant chez les garçons que chez les filles, ce qui se reflète dans les scores de bonheur et d’autres aspects du bien-être », a déclaré le Dr Booker.

« Nos résultats suggèrent qu’il est important de surveiller les interactions précoces avec les médias sociaux, en particulier chez les filles, car cela pourrait avoir un impact sur le bien-être plus tard dans l’adolescence et peut-être à l’âge adulte », a conclu le Dr Cara Booker.

Source: topsanté

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VOUS AVEZ UN SAVOIR-FAIRE... NOTRE MISSION : LE FAIRE SAVOIR

TPE, Artisan, commerçant, Indépendant, Auto-entrepreneur, association, profession libérale, créateur d'entreprise et PME.
Vous avez un savoir-faire... Notre mission : Le faire savoir.
Nous vous accompagnons pour tous vos projets Web.
Après une analyse nous vous suggérons des solutions de communication adaptées à votre activité et à votre Budget.

%d blogueurs aiment cette page :